Camille Brée, « L’étrangère »

« Eh bah ? Il n’y a pas d’œuvre ici ?
– Ah bon ? Dis-moi ce que tu vois.
– Rien.
– Vraiment ?
– Il y a un mur blanc.
– Et ?
– C’est tout. Un mur blanc, et mon ombre dessus.
– AH. Voilà.
– Quoi ? Tu es mon ombre ? C’est mon ombre l’œuvre d’art ?
– Presque. Tu n’as jamais remarqué que dans les musées l’éclairage était conçu pour effacer le mieux possible les ombres aux murs ?
– Oh…
– Moi je ne suis qu’une petite lumière derrière toi, mais je fais apparaître ces ombres étrangères au musées et aux galeries ».
— « L’étrangère » de Camille Brée, au Salon de Montrouge
via Instagram http://ift.tt/2qEIN3Q
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s