Edward Munch, « La danse sur le rivage »

« Tu es un tableau joyeux, ça change, pour Munch ! 
– Ne t’y fie pas. 
– Pourquoi ?
– Il y a toujours une part sombre en moi. À côté de mes deux personnages principaux, ces jeunes filles parées de couleurs vives, tu les vois ?
– Les hommes en noir ?
– Oui. La mort, la douleur, c’est eux.
– Et le personnage rouge à côté ?
– La passion. Elle est toujours là, aussi ».
 — Edvard Munch, « La danse sur le rivage » au Musée d’Orsay
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s