Erik Samakh, ‘La nuit des abeilles’

Paris, Parc Monceau, 20h30

Quoi, c’est ça la Nuit Blanche ? Il n’y a rien ici. Le parc est tout ce qu’il y a de plus normal. Pas d’installation lumineuse, pas de sculpture monumentale, rien de tout cela. Juste les grandes allées du parc, éclairées par les lampadaires de la Ville de Paris.

« Bon. Ben puisqu’il n’y a rien ici, je n’ai plus qu’à continuer.
– Il n’y a pas rien, me fait une voix chuchotante, venant de nulle part.
– Pardon ?
– Il y a une oeuvre ici. Et c’est moi.
– Qui, toi ?
– « La nuit des abeilles ». Je suis une oeuvre d’Erik Samakh.
– Mais je ne te vois pas !
– Ca, c’est normal.
– Pardon ?
– Tais-toi, et tends l’oreille ».

IMG_5822

La voix a raison. Je me tais et attends le silence. Mais ce n’est pas le silence de la ville, celui constitué du brouhaha lointain des voitures. C’est le silence de la campagne. Ma campagne. Celle où j’ai grandi, dans le sud. Grillons, criquets et grenouilles se font entendre là, dans le parc Monceau, en plein automne.

« Mais qu’est-ce que c’est que ça ?
– C’est moi. Je suis une installation sonore. C’est d’ailleurs la spécialité de mon créateur.
– Oh, je vois. Tu veux dire que les insectes qu’on entend ne sont pas vraiment là ?
– C’est ça. Ils ont été enregistrés par Erik dans des parcs du sud de la France. Et il y a un dispositif sonore, caché partout dans le parc, qui retransmet cet enregistrement toute la nuit.
– C’est malin… D’autant plus malin qu’on ne s’en rend pas compte du premier coup !
– Oui ! L’idée, c’est instaurer quelque chose de dérangeant ici, sans que le visiteur puisse s’apercevoir de quoi il s’agit du premier coup.
– Et quel est l’objectif ?
– C’est de faire réfléchir.
– Merci, je m’en doute bien, puisque tu es une oeuvre d’art. Mais plus précisément ?
– De faire réfléchir sur le réchauffement de la planète.
– Ah bon ? Mais ici la nature prolifère, puisqu’il y a plus de bêtes !
– Certes. Mais ce ne sont pas les bêtes que tu as l’habitude de côtoyer, je me trompe ?
– Non, tu as raison. Qu’est-ce que cela signifie ?
– Ca veut dire que si le réchauffement climatique se poursuit, voilà ce que tes enfants entendront peut-être ici, au parc Monceau. Des animaux du sud qui auront migré dans le nord de la France, parce que leur climat de vie ne sera plus dans le sud, où ça se sera réchauffé, mais ici. A Paris, il fera chaud comme à Aix-en-Provence aujourd’hui. Et ça, je te le montre dès aujourd’hui. Bienvenue dans le futur.
– Ooh. Tu es une oeuvre qui voyage dans le temps, en quelque sorte ?
– C’est ça. On dit « une oeuvre d’anticipation ». Allez, continue ta route et tu vas découvrir que le monde aura bien changé quand la planète se sera réchauffée.
– Qu’est-ce que tu veux dire ?
– Tu vas voir. »

Et, quittant le parc Monceau accompagné par cette voix qui me susurre à l’oreille ses explications, je pars vers le 17e arrondissement de Paris.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s